Villey le sec
BONNES FETES DE FIN D’ANNEE 2021 et BONNE ANNEE 2022 !

Accueil > Le Village > Loisirs

Astronomie

par Jean-Paul ARNOULD

Habitants de notre beau village, petits et grands, n’hésitez pas à profiter du spectacle grandiose qu’offre notre ciel étoilé ! Car le site de notre village ne s’y prête pas si mal quand le temps le permet, et vous pourrez ainsi vous sensibiliser aux beautés et aux merveilles de la nature.

En effet, notre village surplombe largement les alentours et sa relative proximité des grandes agglomérations du sud du département offre plusieurs possibilités aux observateurs du ciel qui ne veulent pas trop s’éloigner de leur habitation. Il n’est donc pas exceptionnel d’y rencontrer des astronomes amateurs en toutes saisons quand les nuits sont belles.

Ces passionné(e)s sont essentiellement des membres de la Société Lorraine d’Astronomie (SLA), laquelle dispose aussi de locaux dans le bâtiment du 2ième cycle de la faculté des sciences à Vandoeuvre près du jardin botanique [1]. Une coupole est visible au sommet de ce bâtiment, mais cette situation n’est pas optimale pour toutes les observations.

Nettoyés par l’association La Citadelle, les espaces entourant le réduit du Fort offrent plusieurs sites intéressants en fonction de ce que l’on veut observer. Mais les habitants peuvent aussi admirer le ciel depuis leur jardin.

Différents objets célestes sont visibles avec une bonne paire de jumelles ou un appareil photo. C’est ce qu’ont pu découvrir les participants à la manifestation nationale « Le jour de la nuit » [2] le 9 octobre 2021 lors de la manifestation organisée par la SLA avec le concours du Foyer Rural derrière le lieu-dit « la plate-forme ».

Attention : ne jamais regarder le Soleil car des lésions irréversibles pourraient affecter vos yeux !

Voici quelques exemples :

Est-Sud-Ouest : la Lune

La Lune est un des objets célestes le plus facile à regarder et à imager.

Il est déjà simple avec son smartphone de faire des images d’ambiance telle que celle-ci-dessous.

Jean-Paul ARNOULD

Et avec un pied photo et un téléobjectif, commencer à faire des images intéressantes telles que celle faite lors de l’éclipse partielle de Lune du 17 juillet 2019. Cette éclipse débutant très tôt direction Est en début de soirée, le site Maurice Barrès à Sion a été privilégié, malgré le risque de nuages bas. L’image ci-dessous montre bien la Terre qui masque la partie supérieure de la Lune, et l’éclipse s’est ensuite déroulée correctement pour nous offrir enfin la pleine Lune en totalité.

Jean-Paul ARNOULD

Vers le Sud : impact sur Jupiter dans la nuit du 13 au 14 septembre 2021

Cet événement a fait la « une » de nombreux médias [3] [4] [5].

Un flash lumineux sur la planète Jupiter a été à la fois observé en temps réel, et en même temps enregistré en vidéo à Villey le sec le 14 septembre à 0h39 heure locale (13 septembre à 22h39 Temps Universel) par Jean-Paul Arnould, astronome amateur de la commune et membre de la Société Lorraine d’Astronomie (SLA) :

Le ciel était clair et la planète Jupiter était très lumineuse car relativement proche de la Terre. De plus, Io (un de ses 4 satellites Galiléens) était à proximité et projetait son ombre sur cette planète : des conditions intéressantes qui m’ont incité à faire quelques images depuis ma « cabane de jardin ».

J’ai alors vu un flash sur mon ordinateur pendant que j’enregistrais des images, sans savoir vraiment ce que c’était… Puis après des recherches sur internet, j’ai eu la confirmation que j’avais observé un objet qui avait impacté Jupiter.

Je l’ai signalé à la Société Astronomique de France [6] qui m’a demandé ma vidéo pour analyse par des astronomes professionnels, et qui a ensuite confirmé mon observation.

Jean-Paul ARNOULD

Cet évènement a aussi été observé par au moins 9 équipes d’astronomes amateurs dans le monde, dont d’autres membres de la SLA en mission à AstroQueyras (Pic de Château Renard à St Véran). Ces derniers ont eu la chance de filmer cet événement avec un télescope professionnel. Et leur vidéo a même fait le tour du monde… jusqu’à être publiée sur le site de la NASA [7] [8].

Vers le Nord : la comète Neowise à l’été 2020

Fin du printemps 2020 est venue une très belle comète baptisée « Neowise ». Elle est apparue sans crier gare, alors que beaucoup d’astronomes amateurs et professionnels s’échinent à détecter le plus précocement ces voyageuses des marges du système solaire.

Cette comète a occupé côté Nord une longueur équivalente à plus de 10 fois le diamètre de la Lune.

Elle était constituée d’une tête brillante tirant sur le vert et d’une queue principale, visible à l’œil nu, constituée de gaz qui s’en échappait à cause de son réchauffement au passage du Soleil, ce gaz diffusant le long de sa trajectoire étant poussé et illuminé par les photons du Soleil.

Jean-Paul ARNOULD

La comète possède une deuxième queue formée par de la matière ionisée qui s’en échappe, et qui est cette fois-ci poussée par le vent solaire. Plus ténue, cette deuxième queue est plus difficile à visualiser : dans ce cas, seule des poses de 2 minutes dans un ciel moins pollué par la lumière ont pu la révéler :

Jean-Paul ARNOULD

Sur cette image, on voit bien à gauche le deuxième faisceau de la queue de matière ionisée qui se détache progressivement de la queue principale. Il est à noter qu’il a été nécessaire de se déplacer à Bouvron pour pouvoir imager cette deuxième queue sur un site avec moins de pollution lumineuse…

Beaucoup de gens ont cherché cette comète sans la trouver. Une des raisons est que cette comète était « circumpolaire » : apparue plein Nord, son mouvement nocturne apparent d’Ouest en Est allait à l’inverse du mouvement apparent des planètes qui vont d’Est en Ouest.

Voici une image qui montre sa situation :

Jean-Paul ARNOULD

En parallèle à gauche de la comète se trouve une trace laissée par un avion.

On y remarque aussi la zone d’activités de Gondreville à gauche et la centrale thermique de Blènot-lès-Pont-à-Mousson à droite. Et malheureusement les halos de lumière de Pont-à-Mousson et de Metz, situés respectivement à plus de 30 et 50 Kms, halos dus à la pollution lumineuse.

Astronomie à Villey le sec et pollution lumineuse

De village agricole, Villey le sec est maintenant devenu périurbain. Aussi, son avenir en tant que site astronomique n’est pas évident du fait de la pollution lumineuse, tout d’abord des grandes agglomérations proches : Nancy, Toul et Neuves-Maisons, mais aussi du fait de son propre éclairage public.

L’éclairage nocturne de nos villes s’est considérablement développé avec l’électricité nucléaire « à bon marché » et la volonté des élus de répondre à des demandes diverses des citoyens : attractivité, commerces, éclairage du patrimoine, demande de sécurité des habitants…

Or, la disparition des étoiles n’est pas la seule conséquence néfaste de ces halos de lumière visibles même depuis l’espace ! Voir à ce sujet le site de l’ANPCEN [9].

La consommation inutile d’énergie grève le budget des communes alors qu’on parle maintenant de frugalité à l’heure des bouleversements climatiques qui s’annoncent… Et qui vont impacter immanquablement nos enfants.

La faune et la flore sont perturbés dans leur rythmes circadiens. Les insectes meurent d’épuisement près des sources lumineuses et les oiseaux ont ainsi moins à manger. Les mammifères errent dans les agglomérations « toute la nuit », or 75% de la population animale sauvage se nourrit la nuit ! A l’heure où l’on parle de « campagne à la ville », il est temps de retrouver le cycle jour/nuit dans les villes.

Au chapitre de la sécurité : les voleurs opèrent généralement quand les maisons sont vides, c’est-à-dire l’après-midi (voir rapports de police et de gendarmerie). Les éclairages seuls ne les ont jamais dissuadés.

En pratique, un éclairage réduit au minimum et des détecteurs de présence allumant une rue entière au seul passage des usagers permettent d’allier l’éclairage des rues quand c’est utile, de signaler l’éventualité de personnes indésirables et enfin de réduire au minimum la consommation électrique.

Le changement des lampes anciennes par des LEDs ne doit pas inciter les décideurs à augmenter les points d’éclairage. L’éclairage du patrimoine ne devrait pas être effectué en direction du ciel, mais en direction du sol.

Ces arguments ont été entendus par l’agglomération de Nancy qui a signé en 2021 la charte de l’ANPCEN pour réduire significativement l’éclairage public tout en effectuant de substantielles économies.

Ces quelques règles simples devraient permettre une meilleure gestion de l’éclairage public… Tout en rendant au ciel ce qu’il a de plus beau pour nos yeux : ses étoiles.


[1SLA : Société Lorraine d’Astronomie www.astronomie54.fr

[3Article Est Républicain www.estrepublicain.fr

[4Un des articles internationaux earthsky.org

[5Reportage France 3 diffusé au National / FranceTVinfo www.francetvinfo.fr

[6SAF : Société Astronomique de France saf-astronomie.fr

[8Vidéo de l’impact publiée sur le site de la NASA apod.nasa.gov

[9ANPCEN : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’environnement Nocturne www.anpcen.fr