Villey le sec
BONNES FETES DE FIN D’ANNEE 2021 et BONNE ANNEE 2022 !

Accueil > Le Village > Les petites histoires

L’abbé Georges : une sacrée personnalité !

par Danièle URIOT

Dans les années 60, le prêtre qui officiait dans notre commune a été remplacé par l’abbé Georges.
L’abbé Georges venait de Dommartin lès Toul et arrivait par les bois, en 2CV. Certains de nos concitoyens s’en souviennent encore.

C’était un homme très simple, charitable, mais pourvu d’un caractère bien trempé. Il prenait soin de ses paroissiens, qu’il visitait au moins une fois par an. A la sacristie, il animait le catéchisme qui se résumait à des cours théoriques et, ensuite, avec un projecteur super 8, il passait des films et des dessins animés.

Certains jeunes partaient avec lui en 2CV, pour aller fouiller dans les tas de ferrailles alentours afin de récupérer des métaux à vendre, dont le produit était destiné aux pauvres qui venaient le solliciter.

Je l’ai vu à la sortie d’un supermarché donner ses propres courses et repartir avec une boite de sardines pour son repas.

Il était habillé d’une soutane très usagée qui était verte au lieu de noire tant elle était vieille. Une fois, il est même arrivé à la messe avec une chaussure jaune et l’autre rouge !

Il était très à l’écoute et visitait les malades pour leur apporter réconfort et sacrements.

Le lendemain de la première communion au village, il invitait les communiants et leur famille à aller prier la vierge Marie à Valcourt. Jean Pierre et moi avec nos enfants suivions l’abbé dont la 2CV était pleine de passagers. A notre grande surprise il ne marquait aucun stop. Quand nous lui en avons fait la remarque il s’est signé en disant « Dieu nous protège ! ».

Une fois, le maire de la commune, Claude Prévot, s’est accroché avec lui. Il taillait la haie du cimetière afin d’approprier le chemin le long de l’église. Pour ce faire, il avait branché le taille-haie dans la sacristie. Tout à coup, plus d’électricité, il remonte le fil, et au bout, il y avait l’abbé Georges qui ne voulait pas l’autoriser à prendre l’électricité de l’église. Il s’ensuivit une discussion : le maire lui expliquant que c’était pour les paroissiens qu’il faisait ce travail ! Finalement, le maire promit au prêtre de faire voter pour l’église une petite subvention pour les dépenses d’électricité...

Il a marqué son époque, je me suis un peu heurtée avec lui pour des affaires communales. Il avait des idées bien arrêtées.

L’abbé Georges a quitté la paroisse en 1988, mais beaucoup se souviennent encore de lui.