Villey le sec
Les Trabecs vous souhaitent une bonne année 2021

Accueil > Le Village > Patrimoine

La vieille pierre

par Danièle URIOT

Reconnaissez-vous cet endroit ?

Jean-Pierre URIOT

Villey le sec a toujours été un village de vignobles. Dès sa création, il y eut des vignes et donc du raisin et pour faire du vin, il faut un pressoir.

Le pressoir était un droit seigneurial. Il y avait le pressoir banal (en usage sur tout le ban) et il fallait payer pour pouvoir s’en servir. Ce pressoir se trouvait dans un bâtiment appartenant au seigneur et qu’il entretenait. Ce bâtiment s’appelait aussi « le pressoir ».

Pour le moment, Jean Pierre n’a pas encore trouvé où se situait exactement le bâtiment.

Sur le cadastre de 1810, il y a un lieu-dit qui s’appelle « derrière les pressoirs » et qui se trouve là où a été construit le château d’eau. L’expression « les pressoirs » s’explique car il pouvait y avoir 2 pressoirs. Le grand pour les grosses quantités et le petit pour les « pressées » de petite importance.

Les pressoirs de la région ont été très longtemps de type à arbre et à pierre. C’est notre fameuse pierre, celle qui orne l’entrée nord du village.

Le principe était fondé sur le poids de l’arbre (c’était souvent un assemblage de madriers de bois) qu’on laissait descendre sur des planches qui pressaient le raisin. Celui-ci, se trouvait dans un gros cuveau muni de fentes pour laisser passer le jus. La grosse pierre servait de pivot support à la vis du pressoir (le haut de cette vis pouvait être guidé par un logement dans le plafond).

Jean-Pierre URIOT

Le poids assez élevé de cette pierre permettait également de forcer les madriers vers le bas afin d’écraser plus fort le raisin.

Cette pierre se trouvait à l’intérieur d’un logement pratiqué dans le sol, de même forme c’est-à-dire hexagonal, pour ne pas tourner quand on actionnait la vis.

Ces pressoirs étaient des « monstres » que l’on réparait souvent (surtout la vis), mais jamais on ne les déplaçait.

Jean-Pierre URIOT