Villey le sec
BONNES FETES DE FIN D’ANNEE 2021 et BONNE ANNEE 2022 !

Accueil > Le Village > Les petites histoires

Les bancs de l’église

par Danièle URIOT

Le 5 octobre 1902, le conseil de fabrique (Conseil paroissial) en session légale procède à la rédaction du procès verbal qui doit régler les conditions auxquelles les places de bancs de l’église devront être louées.

Après avoir prévu les adjudications des différents positionnements des places dans l’église il est précisé ce point :

Les étrangers à la localité et les familles qui n’auraient pas loué de places de bancs, seront tenus à l’occasion de mariage ou d’enterrement de réserver des places qui seront payantes : 6 francs pour un mariage et l’enterrement d’un adulte, 3 francs pour l’enterrement d’un enfant.

Cette location a causé de nombreux problèmes essentiellement pour les soldats résidant dans le fort.

Cette coutume du bail des bancs et des chaises dans les églises est codifié au milieu du XVIIIème siècle. Au XIXème siècle ce mobilier devient un bien de consommation commun, chaises et bancs étant progressivement mis à disposition gratuitement.

Mais il reste d’usage pour les notables de la paroisse d’être propriétaires dans les premiers rangs de leurs chaises avec prie-Dieu sur lesquels ils font graver leurs noms sur des plaques de métal (généralement en cuivre) ou émaillées vissées au dossier des chaises. Après le concile Vatican II (1962), l’usage de ces prie-Dieu dans les églises est progressivement abandonné au profit de simples bancs ou chaises.