Villey le sec
Les Trabecs vous souhaitent une bonne année 2021

Accueil > Le Village > Historique > Origine et organisation du village

Les bornes gravées du bois de Villey

par Danièle URIOT

Le territoire de Villey le sec a une frontière commune avec Chaudeney, sur son côté Ouest. Avant la révolution cette forêt voisine de la nôtre, appartenait à l’évêque de Toul, car il était seigneur de Chaudeney où il avait une résidence d’été, la maison seigneuriale.

Depuis des temps très anciens, les évêques avaient permis aux habitants de Villey d’utiliser ces forêts limitrophes pour la vaine pâture de leurs troupeaux. Ils avaient également la permission de traverser ces bois pour se rendre dans leurs prairies situées sur les bords de la Moselle, au lieu-dit « le Radelot ». Bien sûr, cela n’était pas gratuit et les habitants devaient payer un cens annuel et perpétuel.

Les bornes gravées du bois de Villey Les habitants ont pris, sans doute, l’habitude de l’usage de ces bois et de générations en générations, une partie de ces forêts de l’évêque est devenue, dans l’esprit des gens, propriété de la communauté. Ce qui amena tout naturellement en 1725 à un différend entre l’évêque de Toul et les habitants de Villey.

Les bornes gravées du bois de Villey Il y eut donc, expertises, rapports d’agents forestiers, recherches de titres de propriété concernant les bois objets du litige. Au final, l’évêque eut gain de cause. En 1739, pour qu’il n’y ait plus d’ambiguïtés dans les années à venir, l’évêque fit implanter des bornes, pour bien indiquer la frontière entre ses bois et les bois de la communauté de Villey. Et pour que cela soit clair, même pour les gens qui ne savaient pas lire, il y fit graver de son côté une crosse d’évêque. Mais cela ne suffisait pas, car cette limite était, en plus, la frontière entre la France et la Lorraine, (Toul était français depuis près de deux siècles, alors que Villey était encore lorrain).
Il fit donc rajouter à côté de la crosse une fleur de lys, qui était l’emblème du royaume de France. De l’autre côté il fit graver, la croix à double traverse qui était l’emblème des ducs de Lorraine. Cette fameuse croix qui a été remise à l’honneur par le général De Gaulle, lors de la dernière guerre.

En fait les emblèmes gravés sur ces bornes ne servirent pas longtemps, car en 1766 à la mort de Stanislas, la France annexa la Lorraine et Villey le sec devint français. Mais les bornes sont restées en place et cette croix nous rappelle que nous sommes peut-être devenus européens, mais que notre terre, elle, est restée lorraine.

Les bornes gravées du bois de Villey
Jean-Pierre URIOT